Elections législatives: la grande désillusion.

Fraude et achats de conscience.

.

Manassa Danioko la présidente de la cour constitutionnelle a rendu le jeudi 30 avril 2020 son arrêt sur les résultats des élections législatives.

On ne sait plus à quel saint se vouer, le citoyen lambda balance entre écœurement et colère. A l’écoute des requêtes on se demande si nous sommes encore les dignes héritiers de Soundiata Kéîta, de Babemba, de Koumi Diossé j’en passe.

Bourrage d’urnes, achats de conscience, intimidation d’électeurs, destructions de matériels, tripatouillages diverses des forfaits d’une gravité inouïe.

Dire que ce sont des maliens connus et reconnus pour le respect de la parole donnée, du sens de l’honneur et de l’intégrité cela laisse sans voix.

Il est encore temps de se ressaisir, au lieu d’organiser des concertations nationales ou le dialogue national inclusif ou exclusif que les partis politiques s’asseyent pour élaborer un véritable code de bonne conduite pour des élections sincères et crédibles. A défaut de cette remise en cause  collective on peut s’attendre au pire, à la montée de tous les extrémismes et aussi de la violence.

Mais de cela personne ne se soucie, on continue toujours à voler plus fort avec plus de moyens : du thé et du sucre, des t-shirts, de l’argent même des marmites et des chaises.

On est ébahis de voir des groupes d’électeurs aux abords des bureaux qui sollicitent les candidats et/ou leurs représentants pour obtenir des sous et aller voter pour eux.

On ne sait plus quoi penser, s’indigner contre les politiciens véreux qui achètent les consciences ou les gens qui se font acheter ?

Dans tous les cas le grand perdant de ces élections ce sont les populations qui seront représentés par des élus peu scrupuleux.

R Dée.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.