Couvre-feu: les autorités seraient-ils atteint du SIDA mental.

Laissez-nous travailler en paix.

Il y a de cela une dizaine d’années les comportements d’un homme politique  français (je ne nommerai personne) laissaient tellement à désirer que certains de ses adversaires l’ont soupçonné d’avoir le SIDA mental.

Aujourd’hui la situation dans le pays est tellement explosive que l’on se demande si les décideurs ne sont pas atteints de SIDA mental, le ministre de la sécurité intérieure en tête.

Comment peut-on comprendre qu’en cette période de chaleur torride pendant que les gens suffoquent sous une chaleur terrifiante, étouffante avec des délestages intempestifs les autorités maintiennent le couvre-feu.

Un couvre-feu qui  empêche  les populations de sortir dans les rues pour respirer l’air frais à défaut du rafraichissement des climatiseurs et des ventilos arrêtés par les coupures d’électricité et qui les irrite de plus en plus menaçant d’entraîner une explosion populaire.

En effet, les gens n’arrivent plus à suivre la logique du gouvernement, d’un côté on organise les élections avec tous les regroupements possibles, les gens sont au coude à coude dans les marchés et les marchés et les transports publics sans oublier les mosquées qui ne désemplissent pas en ce mois de carême.

 Veut-on nous faire croire qu’il est plus dangereux de s’asseoir tranquillement devant sa porte, ou de vendre de la nourriture, ou de coudre dans son atelier ou de souder que d’aller vendre au grand marché, monter dans une sotrama ou aller à la mosquée ?

Voilà une logique incompréhensible pour le commun des maliens qui réclament juste le petit droit de travailler tranquillement pour chercher à manger ou se mettre à l’abri de la chaleur ?

Est-ce trop Monsieur le ministre de l’insécurité rampante et galopante M Salif Traoré ?

M Traoré vous devez laisser les gens en paix aller à leur occupation vu qu’on a rien donné à personne et qu’on coupe le courant à tout va ou vous préparer avec vos troupes qui ne combattent pas l’insécurité à battre et à vous battre avec vos compatriotes.

R Dée.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.