ATT s’en est allé, vive ATT.

Le général parachutiste Amadou Toumani TOURE, celui que les maliens ont découvert un soir de mars 1991 annonçant à l’ORTM que le régime de GMT qui promettait il y’a quelques heures encore  qu’il allait poser une couronne de feu sur la tête de ses compatriotes étaient fini s’en est allé sur la pointe des pieds en Turquie.

Ce jour a joie, la liesse populaire a succédé en quelques minutes à la terreur, faisant basculer une lutte qui avait déjà endeuillé des dizaines de famille. Le soulagement fut quasi-général, le bain de sang provoqué par un général qui n’avait pas hésité à tirer à balles réelles sur des jeunes gens désarmés venait d’être stoppé tout net.

D’avoir arrêté l’hécatombe beaucoup de maliens lui sont redevables pour ça, la suite on la connait : la transition, l’élection de Alpha Oumar Konaré et le retour au pouvoir.

Sur ce «come-back » les avis sont partagés.

Pour certains c’est l’homme du compromis et du dialogue politique qui a su intégrer toutes les composantes du pays pour un Mali apaisé.

Pour d’autres c’est l’homme qui a tout permis à tous jusqu’au désordre qui a fini par l’emporter.

Faux rétorquent une autre frange de maliens qui pensent que le putsch porté Amadou Aya était le dernier maillon de la chaine servant à précipiter le pays dans l’abime.

A l’appui de cette thèse on cite l’occupation du Nord au lendemain du coup d’Etat par les forces séparatistes et les djihadistes et le fait que depuis le Mali n’a plus retrouvé la pleine souveraineté sur la totalité de son territoire.

Il faut dire que la France de Sarkozy déterminée à mettre terre le colonel Kadhafi quitte à mettre dans la nature tout son arsenal de guerre ne portait pas dans son cœur le président ATT qui tirait la sonnette d’alarme sur les risques d’une guerre transfrontalière dans le Sahel et le Sahara.

Aujourd’hui tout le monde est d’accord pour dire que le Mali est l’épicentre d’un conflit qui continue de menacer toute la sous-région jusqu’au Tchad.

Pour le reste on ignore comment se dérouleront les obsèques prévus de celui que les maliens appelaient affectueusement ATT mais la majorité de ses concitoyens retiennent surtout l’image d’un bâtisseur, un patriote convaincu, celui qui voulait le meilleur pour son pays.

Les maliens se souviendront aussi de lui comme d’un homme de foi et de conviction qui a refusé de tirer sur son peuple pour se maintenir au pouvoir même s’il pensait avoir raison. L’histoire lui a en partie donné raison sur ce point.

Pour ma part je retiendrai de lui un homme profondément humain qui avait un mot réconfortant pour chaque malien qu’il rencontrait, un homme qui portait son pays et ses compatriotes dans son cœur.

La dernière fois que je l’ai vu c’était à Dakar, il ne s’inquiétait guère pour lui même si on pouvait deviner que l’exil lui pesait mais pour son pays déchiré par la guerre, les conflits et les errances de ses enfants.

Dors en paix l’ami des enfants ton pays t’a déjà donné raison envers et contre tous.

A sa veuve TOURE Lobo TRAORE restée toujours très digne et souriante malgré les épreuves, à celle qui su être une mère pour tous les maliens sans exclusive nous présentons nos condoléances les plus émus.

Ramata DIA

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.