Difficile transhumance pour les peuls dans le cercle de Kita.

Un paysage de désolation.

Cette année la transhumance est particulièrement pénible pour les bergers peulhs dans le Kaarta, le « Gangaran » ainsi qu’à Saboula et Arabala.

La raison, les feux de brousse qui ont détruit tout le couvert végétal laissant les hommes et le bétail sans nourriture. De Kita, à Kobri en passant par Djidjan, Souransan, Mambri, Toukoto jusqu’à Badoumbé tout est brûlé, tout a brûlé.

Les bergers sont désemparés, ils quittent un emplacement pour un autre pensant trouver mieux  sans que cela n’apporte aucune amélioration.

Les chasseurs à la recherche de gibier souvent un écureuil ou un lapin brûlent des dizaines voire des centaines d’hectares sans aucune réaction des services de protection de la nature.

Source R Dée

Pour Maïram, son mari et ses enfants la situation est devenue intenable, même les feuilles de morenga ou d’autres plantes sauvages qu’ils cueillent pour se nourrir ont été brûlées.

La famine menace désormais les bêtes et  les humains.

Les services de protection de la nature n’ont-ils plus la mission de protéger les forêts ou n’ont-ils pas les moyens de le faire ?

En tous les cas on espère que les distributions de vivres et d’aliments bétails prendront en compte l’ouest du pays fortement secoués et mis à mal par les feux de brousse.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.